La CSN ne veut pas de Castonguay

2007/06/13 | Par L’aut’journal 

La CSN estime que Claude Castonguay n’a pas la neutralité requise pour diriger une vaste réforme du système de santé au Québec. « Il s’agit d’une nomination qui n’a pas l’indépendance nécessaire et qui place ces travaux dans l’antichambre du lobby des assurances et du business de la maladie », a déclaré la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, dans un discours devant le conseil confédéral, la plus haute instance entre les congrès.

Pour la CSN, le processus enclenché par le gouvernement est biaisé. « On connaît déjà les positions que M. Castonguay mettra au jeu. Il prône l’abolition de la cloison étanche qui sépare les régimes public et privé en révisant la Loi canadienne de la santé, rien de moins ! Contrairement à ce que prétend la ministre des Finances, il ne s’agit pas d’un comité non partisan et apolitique. »

La CSN interpelle le gouvernement pour qu’il remette en question le choix d’un porte-parole qui affiche publiquement un antisyndicalisme primaire. « Claude Castonguay a pointé la syndicalisation comme étant un des deux principaux problèmes du système de santé québécois. Ce n’est pas en faisant des réformes sur le dos des personnes qui donnent les soins qu’on va réussir à régler les problèmes », d’ajouter Claudette Carbonneau.

S’il veut un débat serein, le gouvernement minoritaire de Jean Charest doit non seulement remettre en question la nomination de Claude Castonguay, mais aussi revenir sur sa décision de créer un groupe de travail sur le financement de la santé. Il doit respecter l’engagement pris à la clôture de la Commission parlementaire sur le document « Garantir l’accès » et rendre possible un réel débat public sur toutes ces questions, avec des hypothèses fouillées, qui permettront à la population de faire des choix éclairés.

(Publicité)