Mise au point sur la Reine-Nègre

2008/05/28 | Par Victor-Lévy Beaulieu

Devant la dérive que tout un chacun fait des propos que j’ai tenus dans L’aut’journal sur la gouverneure générale du Canada, permettez-moi d’apporter quelques précisions sur ce que j’ai écrit là-dessus.

On m’accuse de m’être vicieusement livré à une attaque personnelle contre la personne de Michëlle Jean. Qu’ai-je donc écrit de si répréhensible à son sujet ? Qu’elle a été à la société Radio-Canada une journaliste ordinaire ? En quoi le jugement que j’ai porté fait-il atteinte aux autres qualités que possède Madame Jean ? J’ai été longtemps critique de télévision et n’est-ce pas mon droit de porter jugement sur le travail professionnel qu’elle faisait à Radio-Canada ? En quoi la chose peut-elle me valoir ces accusations de racisme qu’on m’impute depuis la parution de mon texte ?

Quelle faute ai-je aussi commise, et qui serait insultante, quand je dis que Madame Jean a fait fi de ses convictions profondes (et les documents pour le prouver ne manquent pas pour entériner la chose) afin de devenir la gouverneure générale du Canada, comme par exemple d’avoir renoncé à sa citoyenneté française à laquelle elle a souvent prétendu tenir beaucoup ?

Bien évidemment, j’ai été fâché quand Madame Jean a accepté de devenir la gouverneure générale du Canada parce que je la trouvais bien naïve et peu conséquente d’accepter un poste qui est le symbole même du colonialisme britannique qui a toujours mal servi la cause québécoise.

Je tiens aussi à rappeler le texte que Dany Laferrière a publié dans La Presse quand la nomination de Michaëlle Jean n’était pas encore officielle : si elle ne devait pas être choisie, a-t-il dit, il y aurait un grand bain de sang à Montréal. Ce n’était pas seulement démagogique mais constituait un acte de terrorisme dont personne pourtant n’a relevé le chantage éhonté qu’il représentait. J’aurais écrit de pareils propos sur quelqu’un de ma race sollicité pour un emploi prestigieux que les voix auraient été nombreuses pour me dénoncer. Pourquoi donc cet appel à la violence n’a-t-il suscité aucun commentaire, même pas sous forme d’un petit éditorial ? C’est qu’on sait bien que la communauté noire aurait fait front commun derrière Laferrière, la communauté noire étant québécoise quand elle n’est pas critiquée, mais se transforme aussitôt en une ethnie tricotée serré dès que l’un des leurs se retrouve sur la sellette, peu importe la raison. Je suis capable de le comprendre même si je trouve qu’il s’agit là d’un problème d’immaturité politique flagrant.

On m’accuse aussi d’être raciste parce que j’ai dit que madame Jean, depuis qu’elle occupe la fonction de gouverneure générale, se comporte comme une Reine-Nègre, de la même façon que se comportaient et se comportent toujours les puissances toujours colonisatrices en Afrique,
en contribuant à installer au pouvoir des chefs qui deviennent des rois nègres. Moi qui étudie actuellement l’histoire des Rois-Nègres africains, je peux dire que la situation des Noirs est peut-être encore pire qu’à l’époque du colonialisme d’autrefois.

Mes détracteurs ont dit que Jeanne Sauvé et Adrienne Clarkson ont été avant Madame Jean gouverneures générales du Canada et qu’on ne les a pas accusées d’être des Reines-Nègres. Il y a une raison simple à cela : Madame Sauvé et Madame Clarkson ne sortaient guère de leur fonction apolitique. Même que Madame Clarkson, dans l’un de ses premiers discours, disait considérer le Québec comme une société distincte et qu’elle était résolue à travailler pour son épanouissement, au même titre qu’elle allait le faire pour les autres provinces du Canada, mais avec plus de sympathie encore parce qu’elle aimait les valeurs que les Québécois défendaient. Elle était originaire d’Asie et savait les souffrances que vivent les peuples qui se sentent menacés. Avoir dit de Madame Sauvé et de Madame Clarkson qu’elles étaient des Reines-Nègres aurait donc été absolument insultant parce que totalement démagogique.

Le cas de Michaëlle Jean est tout à fait différent : dès qu’elle fut nommée gouverneure générale, elle a oublié qu’elle devait représenter tous les Canadiens et de façon apolitique comme le veut la fonction qu’elle occupe. Elle a donc sauté à pieds joints dans le train du gouvernement fédéral et, par ses prises de position, voudrait bien nous réduire, nous Québécois francophones, à une communauté mineure dans le grand ensemble canadian. Comme indépendantiste qui croit que le Québec est un pays, ai-je le choix de ne pas voir en elle une ennemie et n’ai-je pas le droit de dire qu’elle est une Reine-Nègre au service d’un pouvoir qui rêve au jour où il aura réussi à nous neutraliser totalement ?

Évidemment, comme les Canadiens anglais et les fédéralistes québécois ne veulent pas qu’on fasse de débat là-dessus, on fait de moi un saint Sébastien dont on voudrait se débarrasser. Le plus étonnant, c’est que les radicaux dans ce domaine-là sont les gens du Bloc québécois. Il est vrai toutefois qu’ils ne parlent plus d’indépendance depuis belle lurette, et qu’ils se contentent de défendre prétendument les intérêts du Québec à Ottawa. Gilles Duceppe ressemble de plus en plus au maréchal Pétain, heureux comme un poisson dans l’eau de se montrer plus canadian que les Canadians, contribuant ainsi à l’établissement d’un Canada en apparence uni et fonctionnant plutôt bien. Si Barak Obama avait eu le manque de courage de Gilles Duceppe, il ne se serait jamais lancé dans la course à l’investiture présidentielle américaine, les sondages ne lui accordant pas plus de voix que Gilles Duceppe en avait quand il lança sa campagne vite avortée contre Pauline Marois. S’il avait persisté, s’il y avait mis toute sa passion, s’il avait proposé véritablement un projet de pays et de société, pourquoi n’aurait-il pas, comme Barak Obama, renversé la vapeur ? Aujourd’hui, voilà Gilles Duceppe forcé à jouer le rôle d’un petit roquet à Ottawa. C’est d’un tragique sans nom dont je crains fort que les Québécois se souviendront aux prochaines élections fédérales.

Pour terminer, ce petit mot encore sur le racisme dont on m’accuse. Si je l’étais, aurais-je écrit tous ces ouvrages dans lesquels j’ai salué les mouvements de libération des Noirs, ceux des mulâtres de l’Amérique du Sud, ceux des Métis de l’ouest canadien, ceux des Indiens de l’Amérique du Nord, et serais-je en train d’écrire un roman sur les Rois-Nègres mis au pouvoir par les puissances de l’Occident afin de s’enrichir sans mauvaise conscience au dépens de peuples qui ne cessent de s’appauvrir ? Si j’étais raciste comme tous ces fanatiques qui me menacent aujourd’hui de me casser la gueule, aurais-je accepté l’invitation de Dany Laferrière de passer quelque temps en Haïti avec lui parce que j’admire la résistance difficile et courageuse de son peuple qui représente le seul pays francophone dans les Amériques ?

Pour le reste, tout ce qui grouille, grenouille et scribouille n’a à mes yeux pas plus de conséquences que cela en eut dans d’autres circonstances. Nous vaincrons. Nous finirons bien par vaincre en dépit de la Reine-Nègre, du maréchal Pétain et des racistes canadian.