Prendre pays

2012/06/13 | Par Alain Dion



Si le Québec et l’Irlande se ressemblent tellement
et paraissent ne devoir arriver jamais à leurs grosseurs,
c’est qu’ont manqué l’idée fixe, l’obsession, la compulsion,
la manie et la hantise chez O’Connell, Parnell, De Valera,
Louis-Joseph Papineau, René Lévesque et Lucien Bouchard.
Se sont tous laissés distraire par le hasard et ont fini
par se faire totalement avaler par lui.

Victor Lévy-Beaulieu

Quelque 140 personnes se sont déplacées ce dimanche 10 juin afin de participer aux États généraux sur la souveraineté qui se tenaient à Rivière-du-Loup. Des citoyennes et citoyens du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, mobilisés, heureux de se réunir et soucieux de contribuer à cette importante réflexion sur notre avenir national.

Des citoyennes et des citoyens issus de divers horizons politiques, mais surtout de générations multiples, illustrant magnifiquement que ce projet de pays n’est définitivement pas celui d’une seule génération.

Dès le début de la rencontre, l’enthousiasme était palpable. Les mots de bienvenus n’étaient pas terminés que les 140 participantes et participants se levaient pour saluer l’invitation qui leur était faite de débattre de l’opportunité de mener à bien le projet de pays du Québec.


Des blocages bien identifiés

Les trois commissaires présents, Mesdames Michelle Bussières et Amélie Dionne et M. Renaud Lapierre ont d’abord présenté le document de réflexion qui allait servir d’assise au débat, mettant en lumière les différents blocages du système canadien qui freinent actuellement le développement du Québec.

Blocages identitaires et linguistiques, blocages économique, et environnemental, blocage en matière de développement régional et bien sûr blocage de la place du Québec dans le monde.

À la suite de l’intervention des commissaires, près d’une dizaine de mémoires ont été présentés à l’assemblée. Ces différents mémoires ont permis une fois de plus de bien identifier les multiples embûches posés en travers de la route du Québec par la fédération canadienne. Les questions régionales occupaient bien sûr une bonne part des éléments soulevés à travers ces mémoires.


Maintenant se mettre en mouvement

Les membres de l’assemblée ont par la suite été invités à prendre la parole. Soulignant à la fois la qualité du document de consultation et la richesse des informations recueillies au sujet des différents blocages du système canadien, les participantes et les participants ont rapidement pris l’initiative de relancer le débat sur la suite des choses. Sur les chantiers que le Québec devait lancer afin de mettre à mal ces différents blocages fédéraux.

Que ce soit au sujet de la langue et de la culture, du développement économique, de l’exploitation de nos ressources naturelles, de la place du Québec dans le monde ou encore de nos relations avec les premières nations, le message était clair et limpide.

Il faut tout mettre en œuvre afin de reprendre l’initiative de la lutte nationale, de favoriser les alliances politiques et sociales les plus larges possibles et travailler à créer la mobilisation nécessaire à l’avènement d’un Québec libre.

Au sujet de la mobilisation, nous avons mis de l’avant l’idée de miser sur les possibilités mobilisatrices de l’utilisation du référendum d’initiative populaire pour coaliser l’ensemble des militantes et militants désireux de préparer la prochaine consultation nationale sur la souveraineté.

Notons en terminant que l’assemblée de Rivière-du-Loup a eu le privilège d’accueillir l’auteur-compositeur Alexandre Belliard qui est venu présenté quelques pièces de son album Légendes d’un peuple. Un jeune artiste de la région, Marc Bélanger, a également présenté un bref tour de chant très apprécié par les gens sur place.

À la suite de ce succès de participation citoyenne, le Bas-Saint-Laurent pourra compter sur la présence de 28 déléguées et délégués qui se rendront au Grand rassemblement national des États généraux qui aura lieu à Québec le 29 septembre prochain.

Et à n’en pas douter, nous pouvons être assurés que les gens du Bas-Saint-Laurent mettront tous les efforts et toutes les énergies à bâtir cette route qui nous mènera enfin au Pays du Québec.

Photo : Vincent Couture

Bookmark

(Publicité)