Pour un plaidoyer rationnel sur Gentilly-2

2012/12/20 | Par Philippe Giroul

La députée Danielle St-Amand et la mairesse de Bécancour, Mme Gaëtane Désilets, continuent de monter aux barricades concernant la fermeture de Gentilly-2, décidée par le gouvernement Marois. Le gouvernement libéral précédent, lui, n'avait pas eu le courage de le faire par opportunité politique. Mme St-Amand devrait s'en rappeler tous les jours!  Curieusement, elle ne s’est pas trop manifestée lors des fermetures d’Aleris, Silicium et Belgo ! 

Ces politiciennes s'appuient sur les nucléomanes commerciaux régionaux qui, eux, veulent défendre, contre toute logique économique, l'indéfendable, à savoir Gentilly-2 - R.I.D. (Risqué- Inutile - Déficitaire). Ceux-ci rêvent encore de revenir en arrière en argumentant pour la réfection sans tenir compte de la facture intergénérationnelle qu'ils veulent léguer à nos générations futures et ce pour leur seul bénéfice personnel à très court terme. Dans ce débat, on parle peu des 2500 tonnes de déchets radioactifs supplémentaires qu'ils veulent refiler à nos enfants et petits-enfants. Est-ce de l'irresponsabilité ou de l'ignorance intentionnelle ?

Ces politiciennes feraient bien mieux de mettre leurs énergies vertes à préparer la suite à donner à la décision logique et courageuse du nouveau gouvernement : plancher sérieusement et solidairement sur la diversification économique proposée par le fonds de 200 millions $. Elles devraient savoir que l'avenir n'est plus au nucléaire, mais à la conservation et à l’efficacité énergétique et ensuite aux énergies renouvelables propres et sans danger.  

Avec les dernières nouvelles concernant les rapports de la CCSN sur la mauvaise gestion des travailleurs de Gentilly-2 dans leur préparation de fermeture, il est effectivement préoccupant de devoir se fier à ces gestionnaires d’Hydro-Québec qui, depuis 2004, avaient prévu le scénario de fermeture. En 2011, dans un rapport de la CCSN, on avait déjà soulevé l'incurie de ces gestionnaires qui avaient été informés par la CCSN d'une cinquantaine de lacunes dans leurs opérations. Il ne faut donc pas s'étonner des dernières remontrances de ce chien de garde fédéral adressées aux travailleurs hautement qualifiés de Gentilly-2.

Les politiciens locaux et régionaux devraient plutôt dénoncer ce relâchement professionnel inacceptable pour la sécurité des citoyens de la part du personnel de Gentilly-2, au lieu de crier haro sur le gouvernement qui a fait ses devoirs responsables basés non sur le dogmatisme mais bien sur les rapports d’Hydro-Québec non divulgués par l’ancien gouvernement.

Il est souhaitable que les discours réactionnaires, voire démagogiques de toute cette belle famille nucléomane se transforment en plaidoyer plus rationnel et plus réaliste… 

Cessons d’être contre-productif, avançons en respectant la décision du gouvernement. 

(Publicité)