Le SPQ Libre Montréal-Métropolitain appuie Martine Ouellet

2015/04/27 | Par SPQ libre


ChristianGénéreux, Martine Ouellet et Raphael Erkoreka


Lors de notre dernière rencontre officielle du comité provisoire du SPQ Libre Montréal-Métropolitain qui a été tenue hier soir, nous avons discuté en autre de la course à la chefferie. Dans ce cadre, une résolution d’appui à Martine Ouellet a été adoptée à l’unanimité par la comité.

Martine Ouellet a le mérite d’être claire, en nous proposant d’ici à 2018, un plan en « dix actions » afin d’augmenter le pas dans notre marche vers l’indépendance, en proposant de poser une question claire à la population du Québec dans un premier mandat.

Comme ministre des Ressources naturelles du Québec dans un gouvernement Marois minoritaire, Martine Ouellet a réussi avec brio à réaliser de grandes choses pour un Québec vert. La fin du nucléaire, une Charte du bois, une nouvelle Loi sur les mines qui n’avait subie aucun changement depuis près de 100 ans, l’efficacité énergétique et sans l’ombre d’un doute, sa plus grande proposition politique, l’électrification des transports.

Elle a bâti son action citoyenne, civique et politique autour d’un seul objectif : l’amélioration du bien commun. De là, ses politiques sociale-démocrates comme celle de combattre l’austérité par la solidarité et l’indépendance, sa vision du développement économique intelligent, ses propositions concernant l’éducation et la réussite de nos élèves, son parti pris pour les familles et, enfin, des solutions de première ligne en santé qui sont efficaces et peu couteuses.

Finalement, le nombre de ses propositions, la diversité de celles-ci, sa connaissance de l’économie, sa maîtrise des dossiers les plus variés dans les affaires de l’État, sa rigueur politique et intellectuelle, sa grande indépendance d’esprit et sa ferme volonté sur toutes les questions touchant à notre statut politique et à notre indépendance m’emmènent à conclure que nous sommes sans aucun doute devant femme en puissance, déterminée à nous libérer des contraintes politiques qui freinent notre prospérité et notre capacité à participer de plein pied aux affaires du monde, comme tout peuple normal.