Finie l’amiante ?

2016/12/23 | Par Artistes pour la paix

Les Artistes pour la Paix saluent la fin de l’hypocrisie canadienne avec la décision aujourd’hui 15 décembre par le gouvernement Trudeau et sa ministre de l’Environnement Catherine McKenna d’interdire la fabrication, l’exportation et l’importation de l’amiante au Canada. Mais cette décision, toute courageuse qu’elle soit, n’est pas venue par magie. Cet article a pour but principal non pas de claironner nos réussites, mais de souligner le courage de meneurs politiques qui ont hélas pour la plupart dû quitter la vie politique faute d’être réélus, parce qu’entre le bien commun ou les avantages économiques des électeurs, ils avaient choisi le premier.

 

1- Une grande militante, Kathleen Ruff, salue le courage québécois

Notre article de juin dernier saluait d’abord la grande militante Kathleen Ruff qui allait recevoir le 9 juin la Médaille d’honneur de l’Assemblée Nationale pour son combat contre l’amiante. Elle nous écrivait après avoir lu notre article : « Excellent, Pierre. Je trouve que cette histoire de courage, d’intégrité et de solidarité démontrés par des professionnel-le-s de la santé, des leaders politiques comme Daniel Breton et Amir Khadir et par des syndicats telle la CSN est une histoire très importante et « inspirationnelle ». Je crois que les exemples de solidarité et de gain de cause pour la justice sont très souvent cachés ou « disparus » par le système afin de tuer l’espoir que oui, un autre monde est possible. D’où l’importance (à mon avis) de raconter (« put on the record ») et de rendre hommage à la lutte difficile qui a eu gain de cause « against all odds » que ces individus et organismes ont menée au Québec. Il y a aussi un immense contraste avec le Canada où aucun professionnel de la santé au niveau fédéral n’a osé dire la vérité scientifique ni respecté ses devoirs professionnels de protéger la santé en ce qui concerne l’amiante. L’industrie globale de l’amiante a besoin de cette propagande en anglais pour continuer. Les deux grandes universités anglophones au Québec – McGill et Concordia – continuent aujourd’hui en 2016 d’être complices avec l’industrie de l’amiante en propageant la fausse information qui nie la dangerosité de l’amiante chrysotile (McGill) et en encourageant l’utilisation de l’amiante outre-mer (Concordia). J’espère qu’un jour quelqu’un écrira un livre sur cette histoire dramatique et critique.»

Aujourd’hui, elle savoure la victoire du bien commun.

 

2- Bref historique de l’amiante chez nous

Le Japan Times du 8 mai écrivait :

 « Le Canada n’est pas immunisé contre le syndrome de l’hypocrisie internationale. En juin 2011, le gouvernement Harper votait de façon à empêcher l’ajout de l’amiante sur la liste des produits chimiques dangereux de la Convention de Rotterdam de l’ONU. Le Canada s’était successivement opposé à l’inscription de l’amiante sur cette liste lors des assemblées de la Convention en 2004, 2006 et 2008 ; il s’était par la suite abstenu lors des votes de 2013 et 2015.

L’amiante ne figure toujours pas sur la liste à cause de l’objection de sept pays : la Russie, le Kazakhstan, l’Inde, le Kyrgyzstan, le Pakistan, Cuba et le Zimbabwe. Ce n’est pas que le Canada n’adhérait pas au consensus scientifique de l’époque : l’amiante était interdit de vente à l’intérieur de ses frontières en vertu d’une réglementation stricte sur la santé. Mais le Canada était bien aise d’extraire, d’expédier et de monnayer l’amiante au prix de nombreuses vies humaines dans le Tiers-Monde. On peut se demander si cette exportation n’était pas encore plus immorale [que celle des blindés à l’Arabie Saoudite], bien qu’elle n’ait jamais soulevé une opposition comparable, ni un examen aussi minutieux. » (traduction de l’anglais : Christian Morin)

Nous nous objectons à cette opinion qui dénigre les forces d’opposition à l’amiante. Retour en arrière : le premier gouvernement de René Lévesque, qualifiant l’amiante d’ « or blanc », l’avait nationalisé à grand coût, malgré les protestations de quelques médecins et de Michel Chartrand, déjà conscients des ravages sur la santé de travailleurs dans les mines et dans l’industrie de construction, sans compter celle des enfants exposés dans des écoles ignifugées avec le produit cancérigène.

Ces ravages avaient été amplement documentés, statistiquement démontrés et vérifiés en janvier 2009 par un rapport dévastateur produit par deux courageux professionnels de la santé – Dr. Fernand Turcotte et Dr. Pierre Auger, experts en épidémiologie et en médecine du travail, hélas contredits par deux recherches secrètement (mais heureusement pas assez !) financées par l’industrie du chrysotile de « chercheurs » qui avaient trouvé avant de chercher (!) de l’Université McGill, puis de Concordia.

Heureusement, toutes les directions régionales de santé publique du Québec (incluant celle de la région d’Asbestos) eurent la probité professionnelle d’ignorer ces recherches frauduleuses et, à l’instar du tenace et intègre co-chef de Québec Solidaire, le médecin Amir Khadir, de sommer le ministre docteur Yves Bolduc de ne pas trahir ses obligations déontologiques et de s’opposer à l’amiante.

 

3- Beau sursaut écologique de 2012

Mais près de quarante ans après les premières constatations médicales de la nocivité du produit, le 29 juin 2012, un vendredi en fin d’après-midi (meilleur temps pour éviter les questions de l’opposition et des journalistes), le premier ministre Jean Charest avait annoncé à l’Assemblée nationale que son gouvernement verserait un prêt de 58 millions de $ à la réouverture de la mine d’amiante Jeffrey pourtant responsable en partie    d’environ 100 000 victimes annuelles, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les Artistes pour la Paix réagirent immédiatement grâce à l’alerte lancée par la professeure Louise Vandelac, sociologue d’une probité inébranlable à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, en protestant contre cette relance projetée d’une activité minière assassine. Puis fut déclenchée une élection provinciale lors de laquelle les APLP, pour la première et unique fois depuis leur fondation il y a 33 ans, lancèrent un appel à voter aux élections provinciales contre le parti Libéral corrompu et la CAQ pro-nucléaire. Car si notre but premier avait été la fermeture de la centrale nucléaire à l’aide d’un populaire film réalisé par notre présidente Guylaine Maroist qui démontrait les coûts et les dangers de rafistoler une vieille centrale, notre second objectif était de protéger l’éducation (qui devait bientôt se trouver sous-financée par les Libéraux de retour au pouvoir) et notre troisième, d’en finir une fois pour toutes avec l’extraction de l’amiante.

Pour cet objectif précis, furent acheminés des courriels personnels au futur ministre de la Santé, le Dr. Réjean Hébert, ainsi qu’au futur ministre de l’Environnement, Daniel Breton, une semaine avant que ceux-ci n’annoncent en une conférence de presse le 28 août 2012 que le Parti Québécois une fois élu ferait écho à « notre » (+ Fondation Suzuki + Québec meilleure mine + chercheurs intègres de multiples universités etc.) demande de fermer la mine d’amiante. Pierre Jasmin en a aussi discuté avec la déterminée future ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet, lors de la première du film Gentilly or not to be au cinéma Beaubien le 11 septembre, quelques jours après l’élection.

 

4- Grenouillages radio-canadiens et conservateurs

Mais fin 2012, Radio-Canada Estrie, plutôt que de rappeler le travail admirable d’information mené par des dizaines de médecins et activistes de plusieurs pays venus faire des conférences de presse appuyées par la CSN, a commis à la radio une entrevue incroyablement complaisante et larmoyante avec M. Bernard Coulombe de Mines Jeffrey, relatant ses vains efforts de persuader la nouvelle ministre jugée impitoyable et inflexible, d’allouer le prêt d’argent à « une entreprise rentable, n’est-ce pas, pour une région démunie »: notre vice-président a alors écrit la lettre la plus cynique qu’il ait jamais écrite en proposant à Radio-Canada de surfer sur cette entrevue en en faisant deux autres illustrant d’hypothétiques « relances économiques ratées par le nouveau gouvernement » en suggérant, pourquoi pas, des subventions millionnaires aux champs de tabac et l’abaissement de l’âge légal des prostitué(e)s !!!

Le 14 septembre, l’influent ministre fédéral Christian Paradis, député de la circonscription productrice d’amiante Thetford Mines et chef de la petite délégation québécoise des Conservateurs, a accepté à contrecœur de ne plus s’objecter à l’inscription de l’amiante sur la liste des produits dangereux, car « la décision d’abolir cette industrie a déjà été prise par Madame Marois. Il serait illogique que le Canada s’oppose à l’ajout de la chrysotile à la Convention de Rotterdam alors que le Québec, seule province à en produire, va en interdire l’exploitation », poursuivait M. Paradis, prenant soin de rejeter le blâme de la récession économique touchant la région sur le Parti Québécois. Il a encore renchéri sur une distinction non scientifique entre l’amiante et la chrysotile, semant la confusion chez les électeurs qui, ainsi désinformés, déferont à l’élection québécoise 2014 le Dr. Hébert et les autres députés péquistes de la région estrienne et éliront, à celle fédérale de 2015, un député conservateur représentant Lac Mégantic-L’Érable.

 

En conclusion

Laissons à Kathleen Ruff le dernier mot positif : « la décision du département des Services publics et Approvisionnement Canada d’interdire l’utilisation de l’amiante dans les projets de construction dès le 1er avril 2016, est un jalon important et significatif qui clôt un siècle de politique canadienne de soutien à l’extraction, à la vente et à l’utilisation de l’amiante. C’est le premier pas vers une interdiction totale de l’amiante. » Mission accomplie aujourd’hui, madame Ruff !

Note : L’amiante est un groupe de minéraux silicates utilisés dans l’industrie de la construction, dont les fibres sont une cause de cancer lorsque respirées. Si le Canada et l’Union Européenne agissent contre l’usage de l’amiante chez eux (le gouvernement canadien a dépensé des sommes importantes pour enlever l’amiante de ses bâtiments partout au Canada, y compris au Parlement et à la résidence officielle du Premier ministre), ils permettent scandaleusement l’exportation de ce minerai dangereux vers des pays en développement aux lois poreuses, où il cause des milliers de victimes : grâce au gouvernement de M. Trudeau, on peut écrire cette phrase au passé mais ce, près de trente ans après que l’Organisation Mondiale de la Santé eut décrété le produit cancérigène.

Une note personnelle de notre pianiste vice-président : « j’ai joué le mois dernier aux funérailles d’une belle grand-maman d’Amqui décédée des suites de mésothéliome, maladie qui étouffe ses victimes, probablement contractée lors de ses années comme enseignante dans une école isolée par ce matériau nocif.  »

NB Cet article reprend plusieurs éléments de notre article de fin mai dernier :

http://lautjournal.info/20160513/le-japan-times-les-blindes-et-lamiante

Deux messages de Louise Vandelac et de Kathleen Ruff :   

  1. J’aimerais partager deux textes sur l’amiante, une bataille à laquelle je suis mêlée depuis des années et qui vient de franchir un pas important, grâce à l’incroyable détermination de Kathleen Ruff qui a su mobiliser un important mouvement d’opposition, incluant une vingtaine de médecins et chercheurs-es du Québec. Kathleen Ruff et ce vaste mouvement, incluant les Artistes pour la Paix, a contribué à obtenir le 15 décembre du gouvernement canadien de bannir l’importation, l’exportation et l’usage de l’amiante. Toutefois, la bataille se poursuit dans plusieurs pays et ne sera terminée au Québec et au Canada qu’au moment où tous les édifices seront désamiantés et que des travailleurs et des travailleuses cesseront d’en mourir.

Le premier texte est une très belle synthèse de moments clés de cette bataille écrit par le collègue et pianiste Pierre Jasmin, Vice-Président des Artistes pour la Paix
http://www.artistespourlapaix.org/?p=12296

Le second soulève les impacts de la décision du Canada au plan international
je le joins ci-dessous

Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante

Vincennes, France, le 16 décembre 2016

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les victimes de l’amiante du monde entier saluent l’interdiction de la fibre tueuse par le Canada

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi à Ottawa, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a annoncé que l’amiante serait interdit au Canada en 2018. Cette annonce qui vient d’un pays qui fut longtemps un grand producteur et un publiciste acharné de ce matériau cancérogène est une formidable victoire du mouvement international pour l’interdiction de l’amiante et un encouragement à continuer la lutte.

Pendant des décennies, le gouvernement canadien a assumé sans complexe le rôle de porte-voix d’une industrie meurtrière. Il a porté plainte devant l’OMC contre l’interdiction de l’amiante en France qu’il jugeait « contraire à la liberté du commerce ». Il a opposé à plusieurs reprises son veto à l’inscription de l’amiante sur la liste des produits dangereux de la Convention de Rotterdam. Il a été – jusqu’à la fermeture de sa dernière mine d’amiante – le promoteur infatigable de campagnes internationales de désinformation sur l’innocuité de l’amiante chrysotile et son usage « sécuritaire ».

Le prix de cette politique insensée se paye aujourd’hui en milliers de vies humaines perdues, au Canada où l’amiante est la première cause de décès d’origine professionnelle et dans bien d’autres pays de la planète.

L’annonce du gouvernement Trudeau a été accueillie avec joie et émotion par les victimes de l’amiante et leurs organisations sur tous les continents, comme le montrent les témoignages recueillis le jour même par l’IBAS.

Elle récompense le courage de militants anti-amiante canadiens de la première heure comme Kathleen Ruff qui – à contre-courant et dans des conditions très difficiles – ont mené un combat opiniâtre pour cette interdiction, en réfutant inlassablement la propagande mensongère de prétendus scientifiques soudoyés par l’industrie.

Elle est le fruit d’un puissant mouvement international contre l’amiante dans lequel se sont engagés des militants associatifs, des syndicalistes, des professionnels de santé, des scientifiques et des politiques de toutes les régions du monde.

Cette décision historique intervient à un moment crucial du combat international contre l’amiante. Au Brésil en effet, le Suprême Tribunal fédéral doit décider prochainement si l’interdiction de l’amiante dans plusieurs états du pays est ou non conforme à la constitution. L’enjeu est très important. Dans ce contexte incertain, l’annonce de l’interdiction au Canada a boosté le mouvement anti-amiante brésilien. Comme l’a dit Fernanda Giannasi qui en est la figure de proue, « la décision d’Ottawa me donne l’espoir que bientôt le Brésil, l’un des principaux producteurs et utilisateurs mondiaux d’amiante, l’interdira lui aussi. L’extraction, le traitement, l’utilisation et l’exportation de la fibre tueuse sont une terrible menace pour tous les Brésiliens et pour tous les pays importateurs. Si le Canada peut interdire l’amiante, nous le pouvons ! »

La lutte internationale pour un monde sans amiante est confortée par la décision du gouvernement canadien. Il faut maintenant réparer les immenses dégâts humains et environnementaux que les industriels de l’amiante laissent à notre société et aux générations futures : indemniser décemment les victimes et les familles, éradiquer systématiquement les matériaux amiantés, encourager la recherche médicale sur le mésothéliome…

Les responsables de cette gigantesque catastrophe évitable qui ont fait passer le profit de quelques-uns avant la santé et la vie de tous doivent rendre des comptes à la justice et être condamnés à des peines en rapport avec la gravité de leurs fautes.

 

19 décembre 2016    

Chère Louise, juste un tout petit démenti, car je ne crois pas que la position des APLP ait influencé le gouvernement Trudeau dans ce dossier, surtout au moment où nous lui envoyons des textes très critiques dans les dossiers écologique, autochtone et surtout nucléaire… Pierre

2- Merci, Pierre, pour cet excellent texte et pour tout le travail superbe
que font Les Artistes pour la Paix.
Autour du monde, la très grande solidarité dont vous avez tous et toutes
fait preuve pour gagner cette bataille a été applaudie et appréciée.
Merci à vous tous et toutes!
Kathleen Ruff

Tags: