Pour le retrait du programme Éthique et culture religieuse

2017/05/10 | Par Libres penseurs athées

Libres penseurs athées (LPA), association qui prône la laïcité et la défense des droits des athées, dénonce l’inaction du gouvernement québécois dans le dossier du programme Éthique et culture religieuse (ÉCR).

Ce programme, en particulier son volet religion – qui impose aux élèves à tous les niveaux du système scolaire, jusqu’à la fin du secondaire, l’obligation d’un apprentissage des religions sous forme édulcorée, sans objectivité et avec une absence totale d’esprit critique – a été la cible de nombreuses critiques très sérieuses et réfléchies. Pourtant le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a récemment rejeté d’emblée la possibilité d’abolir le programme. Bien que celui-ci soit actuellement en révision, la proposition de supprimer au moins le volet religion a aussi été écartée.

De nombreux intervenants, venant surtout d’organismes, comme LPA, qui prônent la laïcité, ont déjà expliqué en détails les nombreux défauts très graves du volet religion du programme ÉCR. Les croyances religieuses les plus extravagantes, y compris les créationnismes, sont présentées complaisamment, sans bien distinguer celles-ci des faits, et ce, même aux enfants bien trop jeunes pour faire eux-mêmes cette distinction capitale. Les incroyances comme l’athéisme sont presque complètement absentes du programme.

Dans son titre même, ÉCR associe faussement l’éthique à la religion, comme si la morale était impossible sans religion. Ce cours obligatoire accorde une importance à la « culture » religieuse que celle-ci ne mérite pas. Il véhicule le communautarisme au détriment du civisme. Il passe sous silence le fait que les religions sont le plus souvent génératrices de conflits, de violences et de haines. ÉCR normalise les religions, véhiculant l’invisibilité des athées et des croyants non pratiquants.

L’association Libres penseurs athées a appelé à la suppression du volet religion du cours ÉCR dans une déclaration publiée en octobre 2016 (www.atheologie.ca/special/contre-ecr/). Un ouvrage collectif (Leméac 2016) dirigé par Daniel Baril et Normand Baillargeon, a élucidé minutieusement les sérieux problèmes que pose ce cours.

En avril 2016 des représentants du MLQ, de l’AHQ et de PDF-Q ont rencontré le ministre Proulx pour lui faire part de leurs critiques du programme ÉCR. Dans son mémoire présenté le 4 novembre 2016 devant la commission parlementaire faisant l’étude du projet de loi 62, LPA a recommandé la suppression du volet « culture religieuse ». D’autres associations ont fait des recommandations semblables devant cette commission, en particulier le Rassemblement pour la laïcité.

Un tel programme dans un système laïque est tout simplement inacceptable. Il est inconcevable qu’un cours obligatoire, imposé dès la petite enfance et jusqu’à la fin de l’adolescence, traite de mythologies, de croyances et de superstitions. Le programme ÉCR n’est qu’une façon déloyale de maintenir l’enseignement religieux dans un système scolaire qui se prétend laïque, mais dont cette laïcité est sérieusement compromise et discréditée par la présence du programme. D’ailleurs, le cours ÉCR est inconstitutionnel, allant à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés, car il brime le droit de n’avoir aucune foi.

Nous exigeons du ministre Proulx le retrait du volet religion du programme Éthique et culture religieuse.

 

(Publicité)