Marche « 150 ans de RÉSISTANCE »

2017/05/12 | Par Réseau Cap sur l'indépendance!

Voilà 150 ans que la mal nommée Confédération canadienne s'impose au peuple québécois. Voilà 150 ans que le régime d'Ottawa s'évertue à nier notre existence nationale. 150 ans à nous provincialiser un peu plus chaque jour qui passe. 150 ans à écraser et assimiler tout ce qui ne « speak » pas « white » en ce pays... 150 ans à invalider nos lois, manigancer contre nos intérêts et nous déposséder de nous-mêmes et de notre territoire aujourd'hui encore dans la mire des pétrocrates. 150 ans à acheter nos élites corrompues et nos politiciens de province, dont certains sont devenus les serviteurs les plus zélés de notre asservissement. 

Certes, il ne faut pas croire que l'histoire de nos résistances débute en 1867. L'Acte de l'Amérique du Nord britannique ne fut en réalité que la suite de l'Union de 1840, elle-même érigée sur les cadavres de nos valeureux Patriotes de 37-38. Sous les recommandations de Lord Durham, le pouvoir colonial nous annexa alors à l'Ontario, consacrant à tout jamais notre statut de minoritaires, lequel ne cessera de s'aggraver avec le rattachement successif des autres provinces anglophones et au fil des tricheries constitutionnelles des tribunaux du Dominion. Plus tard, Pierre Elliott-Trudeau, le père de l'autre, ira jusqu'au bout de cette funeste logique en nous imposant un ultime diktat: le rapatriement unilatéral de la constitution et la proclamation de la Loi de 1982, -véritable cercueil du peuple québécois. 

En 2017, Ottawa dépensera plus d'un demi-milliard de l'argent des contribuables pour célébrer tout ça. Parallèlement à son beau party aux mille et un mensonges, le Canada continue à nous narguer et à nuire à nos intérêts, cela dans tous les dossiers et de façon très concrète: contestation de notre Loi 99, financement de groupes anti-Loi 101, Énergie Est, arrêt Jordan, légalisation de la marijuana, gestion de l'offre, transferts en santé, Muskrat Falls, bois d'oeuvre, assurance-emploi, installations portuaires, vente de nos fleurons, etc., etc., etc.

Plus fondamentalement, il appert que le combat des Patriotes de 1837-38 reste encore à parachever. Tant que notre démocratie sera subordonnée à la démocratie canadian, tant que le Québec ne guérira pas du Canada, tant que le peuple québécois n'exercera pas son pouvoir de se constituer lui-même un avenir, tant qu'il restera ici des injustices sociales et économiques, nous devrons continuer à porter le combat des De Lorimier, Papineau, Chénier, Hindelang, Nelson... 

Dans l'esprit humaniste et universaliste des Patriotes de Papineau, ce message s'adresse certes aux Québécoises et Québécois de tous les âges, de toutes les origines et de toutes les couleurs de peau. Comme disait Falardeau, « peu importe d'où on vient, l'important c'est où on va tous ensemble ». Que cela soit bien clair!

Or, la seule destination digne de ce que nous sommes et de ce que nous voulons, c'est un Québec libre ; une république libre pour un peuple uni, fier et libre!

Vive la liberté, vive l'indépendance!

C'est donc un rendez-vous dès 13 heures à la Place du Canada, rebaptisée depuis 2011 «Place de l'Indépendance», et située coin Peel et René-Lévesque, non loin du métro Bonaventure.

Des personnalités y prendront la parole, puis la marche se mettra en branle dans les rues de Montréal. L'itinéraire sera communiqué quelques jours avant l'événement.

*Avis : Aucun message haineux, raciste, xénophobe, extrémiste, bref anti-patriotique, ne sera toléré lors de cet événement.

Lien de l'événement Facebook