Philippe Couillard refuse d’appuyer le respect du droit de vote en Catalogne

2017/09/20 | Par L’aut’journal

La députée de Vachon et chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet, a présenté cet après-midi une motion visant à ce que l’Assemblée nationale demande que soit respectés le droit de vote et la démocratie de la Catalogne.  Le gouvernement catalan entend tenir un référendum sur l’indépendance de la Catalogne le 1er octobre prochain.

«Cette consultation démocratique est souhaitée par 70 % de la population catalane, « oui » et « non » confondus.  Au-delà d’être pour ou contre l’indépendance de la Catalogne, c’est l’essence même de la démocratie qui est menacée, soit le droit de vote, la liberté de presse, les libertés civiles et les institutions démocratiques », plaide Martine Ouellet.  « Des maires menacés d’emprisonnement, des descentes dans les locaux de médias, la mise en tutelle des finances, des menaces de toutes sortes… c’est inacceptable ! C’est une charge en règle contre la démocratie que fait Madrid », a-t-elle poursuivi.

Voici le texte de la motion présentée par la députée de Vachon :

«Que l'Assemblée nationale prenne acte que le gouvernement catalan a choisi de tenir un vote par référendum sur l'indépendance de la Catalogne le 1er octobre 2017;

Par conséquent, que l’Assemblée nationale demande que soient respectés le droit de vote et la démocratie de la Catalogne.»

«Nous ne demandons à personne de se prononcer sur le fond de la question!  Ce choix appartient au peuple catalan.  Mais on ne peut empêcher les citoyens d’exercer leur droit de vote.  Nous ne pouvons rester indifférents lorsque la démocratie est bafouée. Le Parti libéral, pour des raisons strictement partisanes et sous de faux prétextes, refuse de demander le respect du droit de vote en Catalogne.  Un refus qui pourrait faire croire qu’il cautionne les gestes antidémocratiques et répressifs de Madrid. Comme premier ministre, Philipe Couillard abdique sa responsabilité envers la défense de la démocratie.  Et pourtant, des appels de l’extérieur pourraient peut-être calmer l’Espagne », a conclu Martine Ouellet.

(Publicité)