Une Canadienne se rendra à Oslo recevoir le Prix Nobel de la Paix 2017

2017/11/03 | Par Pierre Jasmin

L’auteur est artiste pour la paix, membre de l’Exécutif Pugwash Canada, et du Comité direction du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire

(Je suis désolé du grand nombre de citations en anglais, qui montre hélas que les mouvements mondiaux de paix francophones manquent de fonds)

Survivante de l’holocauste de Hiroshima (1945 : elle avait alors 13 ans) et citoyenne canadienne active contre la bombe nucléaire avec Pugwash Canada où je l’ai côtoyée depuis 2006, madame Setsuko Thurlow a été choisie par la Coalition Internationale pour l’Abolition de l’Arme Nucléaire comme une de ses déléguées pour recevoir en décembre le Prix NOBEL de la Paix 2017. Car il sera accordé à Oslo à ICANW.org  après ceux à l’Agence internationale d’Énergie atomique (2005), à Pugwash et Joseph Rotblat (1995), à Mikhaïl Gorbatchev (1990) et à  l’Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (1985).

La députée NPD Hélène Laverdière a reproché en Chambre des Communes au premier ministre Trudeau ses dangereuses accointances avec Trump et l’OTAN qui l’aveuglent, lui et son parti, et l’ont fait boycotter les travaux menant à la présentation à l’ONU, le 20 septembre du Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Malgré son grand âge, madame Thurlow voyage à travers le monde et, à l’occasion de cette photo prise en 2014, elle appuyait le jeune ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz et son discours-clé « en urgence humanitaire » contre la bombe, qui a contribué avec deux autres conférences au Mexique et en Norvège à lancer les négociations à l’ONU du nouveau Traité.

Tout en condamnant énergiquement les prises de position anti-immigration de l’ambitieux politicien de droite de 31 ans Sebastian Kurz (ÖVP) créditées pour avoir pavé son arrivée au pouvoir au début du mois d’octobre comme chancelier de l’Autriche, son énergique dénonciation des bombes nucléaires a aussi pu jouer un rôle et illustre l’universalité du combat contre la bombe nucléaire : notez donc, M. Trudeau (ou M. Loïc Tassé du Journal de Montréal), qu’il ne s’agit pas d’un autre combat de la gauche déconnectée et remplie d’illusions du NPD, joint par le Bloc Québécois, le Parti Vert et les pacifistes alliés, comme semblent mépriser les Libéraux au pouvoir, l’Opposition officielle conservatrice à Ottawa et les médias en général qui en refusant de laisser la parole aux représentants pacifistes, démontrent une coupable partialité.

L’opposition à la bombe nucléaire rallie maintenant de nombreux militaires de droite effrayés par les insultes Kim Jong-un/Donald Trump, les 7400 Maires pour la Paix (comprenant Denis Coderre de Montréal, Gaëtan Ruest d’Amqui et Vickie May Hamm de Magog), 1000 membres de l’Ordre du Canada et le pape François qui vient de lancer une autre alerte. Un nouveau C.A. des Artistes pour la Paix, nommé le 1er novembre lors d’une Assemblée générale spéciale et présidé par André Michel et vice-présidé par Judi Richards, poursuivra la lutte anti-nucléaire, entreprise dès notre fondation en 1984 à l’époque des Performing Artists for Nuclear Disarmament.

Les lecteurs attentifs de l’aut’journal[1] du 23 juin avaient vu passer la photo en exergue dans un article illustrant la manif anti-bombes nucléaires du 17 juin du Mouvement Québécois pour la Paix à Montréal. Ils avaient aussi pu constater, dans notre article rendant compte d’une manif convoquée par le président démissionnaire domlebo juste avant la cérémonie officielle du 5 août au Jardin Botanique[2], que les APLP déploraient que la commémoration d’Hiroshima par le maire Coderre n’ait pas fait allusion au Traité d’interdiction des armes nucléaires mis de l’avant par ICANW.org, contrairement à la cérémonie connexe en mémoire d’Hiroshima présidée le 6 août à Toronto par notre collègue et amie Phyllis Creighton, avec les mots de notre éminente collègue Thurlow :

On 20 September, this Ban-Treaty will open for signature at the United Nations, and all    governments are invited to join it. Dear friends, At 8:15, on 6th August 1945, I, then a 13-   year-old schoolgirl, witnessed my city of Hiroshima blinded by the flash, flattened by the hurricane-like blast, burned in the heat of 4000 degrees Celsius and contaminated by the radiation of one atomic bomb.  A bright summer morning turned to dark twilight with smoke and dust rising in the mushroom cloud, dead and injured covering the ground, begging desperately for water and receiving no medical care at all. The spreading firestorm and the          foul stench of burnt flesh filled the air. Many survivors of the nuclear bombs over Hiroshima and Nagasaki have died in recent years with their dreams of nuclear abolition unfulfilled. Their motto was, “abolition in our lifetime”. A month ago, I took a part in a truly extraordinary event. On 7th July 2017, a majority of countries in the world adopted a treaty prohibiting nuclear weapons. I had been waiting for this day for seven decades and I am overjoyed that it has finally arrived. The treaty categorically prohibits nuclear weapons and creates obligations to support the victims of nuclear weapons use and testing, as well as to remediate the environmental damage caused by nuclear weapons. This is a historic breakthrough – the beginning of the end of nuclear weapons.

            You can find out more information about the treaty and the signing and ratification process on www.nuclearban.org.  Will you help us get your government to sign the treaty? You can send an email to your government here, telling them you want them to sign the treaty! The number of people who remember the catastrophic humanitarian suffering   caused by nuclear weapons in Hiroshima and Nagasaki are dwindling. For those of us who remain, we are proud that we have banned nuclear weapons in our lifetime.

            Yours sincerely, Setsuko Thurlow

            Peace activist and survivor of the atomic bombing of Hiroshima.


Annexes
 

1. OSLO (Reuters) – Following is the text of the Nobel Peace Prize award on Friday the 6th of October to the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons:

The Norwegian Nobel Committee has decided to award the Nobel Peace Prize for 2017 to the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN).

The organization is receiving the award for its work to draw attention to the catastrophic humanitarian consequences of any use of nuclear weapons and for its ground-breaking efforts to achieve a treaty-based prohibition of such weapons.

We live in a world where the risk of nuclear weapons being used is greater than it has been for a long time. Some states are modernizing their nuclear arsenals, and there is a real danger that more countries will try to procure nuclear weapons, as exemplified by North Korea.

Nuclear weapons pose a constant threat to humanity and all life on earth. Through binding international agreements, the international community has previously adopted prohibitions against land mines, cluster munitions and biological and chemical weapons. Nuclear weapons are even more destructive, but have not yet been made the object of a similar international legal prohibition.

Through its work, ICAN has helped to fill this legal gap. An important argument in the rationale for prohibiting nuclear weapons is the unacceptable human suffering that a nuclear war will cause. ICAN is a coalition of non-governmental organizations from around 100 different countries around the globe.

The coalition has been a driving force in prevailing upon the world’s nations to pledge to cooperate with all relevant stakeholders in efforts to stigmatize, prohibit and eliminate nuclear weapons. To date, 108 states have made such a commitment, known as the Humanitarian Pledge.

Furthermore, ICAN has been the leading civil society actor in the endeavor to achieve a prohibition of nuclear weapons under international law. On 7 July 2017, 122 of the UN member states acceded to the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons.

As soon as the treaty has been ratified by 50 states, the ban on nuclear weapons will enter into force and will be binding under international law for all the countries that are party to the treaty.

The Norwegian Nobel Committee is aware that an international legal prohibition will not in itself eliminate a single nuclear weapon, and that so far neither the states that already have nuclear weapons nor their closest allies support the nuclear weapon ban treaty.

The Committee wishes to emphasize that the next steps towards attaining a world free of nuclear weapons must involve the nuclear-armed states. This year’s Peace Prize is therefore also a call upon these states to initiate serious negotiations with a view to the gradual, balanced and carefully monitored elimination of the almost 15,000 nuclear weapons.

 

2. Discours de réception du prix par l’ICANW.org

It is a great honour to have been awarded the Nobel Peace Prize for 2017 in recognition of our role in achieving the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons. This historic agreement, adopted on 7 July with the backing of 122 nations, offers a powerful, much-needed alternative to a world in which threats of mass destruction are allowed to prevail and, indeed, are escalating.

The International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN) is a coalition of non-governmental organizations in one hundred countries. By harnessing the power of the people, we have worked to bring an end to the most destructive weapon ever created – the only weapon that poses an existential threat to all humanity.

This prize is a tribute to the tireless efforts of many millions of campaigners and concerned citizens worldwide who, ever since the dawn of the atomic age, have loudly protested nuclear weapons, insisting that they can serve no legitimate purpose and must be forever banished from the face of our earth.

It is a tribute also to the survivors of the atomic bombings of Hiroshima and Nagasaki – the hibakusha – and victims of nuclear test explosions around the world, whose searing testimonies and unstinting advocacy were instrumental in securing this landmark agreement.

The treaty categorically outlaws the worst weapons of mass destruction and establishes a clear pathway to their total elimination. It is a response to the ever-deepening concern of the international community that any use of nuclear weapons would inflict catastrophic, widespread and long-lasting harm on people and our living planet.

We are proud to have played a major role its creation, including through advocacy and participation in diplomatic conferences, and we will work assiduously in coming years to ensure its full implementation. Any nation that seeks a more peaceful world, free from the nuclear menace, will sign and ratify this crucial accord without delay.

The belief of some governments that nuclear weapons are a legitimate and essential source of security is not only misguided, but also dangerous, for it incites proliferation and undermines disarmament. All nations should reject these weapons completely – before they are ever used again.

This is a time of great global tension, when fiery rhetoric could all too easily lead us, inexorably, to unspeakable horror. The spectre of nuclear conflict looms large once more. If ever there were a moment for nations to declare their unequivocal opposition to nuclear weapons, that moment is now.

We applaud those nations that have already signed and ratified the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons, and we urge all others to follow their lead. It offers a pathway forward at a time of alarming crisis. Disarmament is not a pipe dream, but an urgent humanitarian necessity.

We most humbly thank the Norwegian Nobel Committee. This award shines a needed light on the path the ban treaty provides towards a world free of nuclear weapons. Before it is too late, we must take that path.

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

 

3. Un article du Globe & Mail du 27 octobre.
 

NOBEL PEACE PRIZE
Canadian woman who survived Hiroshima bombing urges change of heart from Trudeau

Une survivante canadienne d’Hiroshima réclame un changement majeur de la part de Trudeau

Cliquez ici : http://trk.cp20.com/click/kip6v-c7honm-788fpyk9/

85-year-old Setsuko Thurlow was 13 when she survived a nuclear bomb dropped on Hiroshima

 

4 De plus en plus de monde…

De plus en plus de gens raisonnables comprennent que les coûteuses bombes nucléaires ne se divisent pas entre NOS bonnes (USA, France, Grande-Bretagne, Inde et Israël) et LEURS méchantes bombes (Corée du Nord, Russie, Chine, Pakistan), puisque toutes sujettes à être volées par un groupe terroriste ou à être déclenchées par un leader irresponsable ou même suite à la mal-fonction d’un système d’alerte électronique.

D’autre part, la rupture du traité conclu avec l’Iran, qui limite sa capacité d’enrichissement d’uranium et consacre donc son incapacité à se doter d’une arme nucléaire, si elle s’avérait à la suite des manœuvres irresponsables du président Trump, risquerait fort de reporter au pouvoir les Gardes révolutionnaires à la dangereuse rhétorique anti-Satan impérialiste, présentement mise en échec par le président modéré Rohani. C’est un sujet qui me tient à cœur puisqu’à Berlin en juillet 2011, lors de la 49ème Conférence sur la Science et les Affaires internationales Pugwash, j’avais pu aider marginalement à rapprocher les représentants Israéliens et Iraniens sur cette question qui les oppose.

Mais pourquoi le gouvernement Trudeau, loin de comprendre l’évidence, boycotte-t-il le Traité d’interdiction des armes nucléaires avancé par l’ambassadrice Elayne Whyte du Costa Rica (voir photo) que le Réseau sur l’abolition de l’arme nucléaire a reçue à Ottawa le 25 septembre, sans aucun écho ni des médias ni du ministère des Affaires globales de madame Freeland? Et pourtant les deux tiers des pays représentés à l’ONU comptent l’endosser, imités par trois des partis d’opposition représentés au Parlement fédéral (surtout le NPD) ayant signé à notre demande la copie du traité le 20 septembre à Ottawa. De plus, deux cents membres du parlement italien comptent le ratifier.  


Larges sourires des Pierre Jasmin, Debbie Grisdale et Steven Staples qui entourent Elayne Whyte

Pourquoi Justin Trudeau, dont le père militait activement contre la bombe nucléaire et l’OTAN (article par Pierre Dubuc[3]), appuie implicitement la doctrine en vigueur de l’OTAN soutenant que les armes nucléaires sont « la suprême garantie » de sécurité, alors qu’elles représentent avec les changements climatiques la plus grande menace pesant sur l’humanité? Pourquoi appuie-t-il l’OTAN dont les effets sont dénoncés au Point par la présidente internationale des Médecins sans Frontières, la montréalaise Joanne Liu? Car le bombardement de la Libye en 2011 par l’ex-général Charles Bouchard, provoque encore des centaines de morts chaque mois en Méditerranée ou sous les armes de Kadhafi tombées entre les mains des islamistes (Al-Chabbab, Al-Qaeda, Boko Haram, A.I.) en Afrique.

En outre, Trump et l’OTAN cherchent à imposer au Canada la honteuse politique du complexe militaro-industriel du 2% de PNB (la Grèce seul pays à l’appliquer a ainsi fait faillite, selon l’artiste pour la paix Mikis Theodorakis). Trudeau a donc pour projets des dizaines de milliards de $ d’achats d’avions de combat, avec une valse-hésitation entre Boeing (Superhornets neufs ou avions australiens usagés) ou Lockheed Martin (dont la filiale canadienne avec ses F-35 est dirigée par le même ex-général Bouchard). Le Mouvement Québécois pour la Paix a manifesté à Montréal le 14 octobre dernier, pour dénoncer le glissement moral de notre pays vers le militarisme et ses importants effets collatéraux, par exemple celui d’avoir précipité la mainmise étrangère sur la C-Series de la compagnie québécoise Bombardier. On sait qu’elle a eu pour principal handicap de ne pas être appuyée par les monstrueuses subventions gouvernementales militaires dont jouissent sans vergogne Airbus et les deux autres compagnies américaines nommées.

(Publicité)