Un mot en français pour accommoder la ville de Montréal et les médias francos

2017/11/23 | Par Frédéric Lacroix

Les lecteurs de cette chronique sont habitués à une argumentation de type chiffrée et scientifique pour mettre en lumière la dynamique linguistique québécoise.

Permettons que l’on s’écarte de cette ligne de conduite quelques instants pour relayer une anecdote qui illustre mieux que maintes volumineuses études la marginalisation de notre langue -chez nous!- qui nous pend au bout du nez à force d’attentisme, d’inaction et de lâcheté politique.

Le journaliste Philippe Orfali était présent à l’ouverture de la nouvelle boutique Adidas de la rue Sainte-Catherine le 22 novembre 2017. Le gérant de s’exclamer : « Je vais dire un mot en français pour accommoder la ville de Montréal et les médias francos »

Il passa ensuite à l’anglais.

Qu’en pense la nouvelle mairesse de Montréal? Qu’en pensent nos politiciens provinciaux?

(Publicité)