Prix Citron, d’excellence Lyse-Daniels et prestige Impératif français

2018/03/26 | Par Impératif français

C’est l’embarras du choix! Les « citrons » sont…

Volet international

  • Au président français, Emmanuel Macron, qui, lors de la visite du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a déclaré vouloir « renouveler le logiciel » de la francophonie en s'inspirant de « l’exemple nord-américain » selon lequel « parler l’anglais renforce la francophonie »! Ouf!

Volet fédéral 

  • Au ministre des Finances, Bill Morneau, qui, dans le budget pour 2018, annonce que le prochain plan d’action pour les langues officielles renfermera plus de ressources destinées à l’anglicisation du Québec.
  • À Hockey Canada qui demande aux médias d’angliciser la prononciation des noms de ses joueurs francophones. Par la même occasion, ce prix Citron est aussi décerné à tous ceux et toutes celles qui anglicisent leur nom et celui des autres. 
  • À Statistique Canada (et à l’OQLF) qui dans leurs publications refusent de reconnaître ce que tout le monde observe : le recul du français comme langue principale à la maison et au travail.
  • À la ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, qui n’a pas dit un seul mot de français à la cérémonie d'accueil du nouveau juge en chef francophone de la Cour suprême, Richard Wagner.

Volet national

  • Au système scolaire de langue anglaise, du primaire à l’université, qui prive les élèves et la population étudiante d’un apprentissage fonctionnel de la langue nationale et de travail au Québec, le français, créant ainsi, au sein de la jeunesse anglophone, frustration et désir de quitter selon un sondage réalisé pour le compte du Journal de Montréal.
  • À English Language Arts Network (ELAN) qui réclame du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’imposer à Télé-Québec de consacrer 10 % de son budget et de sa programmation à la communauté anglo-québécoise, alors qu’au Québec tous les abonnés au câble peuvent déjà capter au moins deux fois plus de stations de langue anglaise. 
  • Au gouvernement du Québec qui, bien qu’il stipule que « l’Administration privilégie l’unilinguisme français dans ses activités afin de bien marquer le fait que le français est à la fois la langue officielle et la langue normale et habituelle de l’Administration et de l’espace public ainsi que l’instrument premier de la cohésion sociale du Québec », impose le contraire dans ses conventions collectives : «  L’employée ou l’employé doit utiliser la ou les langues qu’elle ou qu’il connaît aux fins de communication externe selon les besoins du service et conformément à la loi. »
  • Au gouvernement du Québec qui encourage les commerces à se doter de noms en anglais à condition que ces noms soient accompagnés d’un générique en français. Une trahison de l’esprit de la Charte de la langue française.

Volet Montréal

  • À tous les établissements commerciaux qui polluent l’environnement culturel montréalais et par le fait même celui de l’ensemble du Québec avec des noms qui n’ont rien de français : Marche Goodfood, Eye Am, Miss Fresh… Et par la même occasion, à ceux qui embauchent du personnel incapable ou si peu de parler français avec la clientèle.
  • Aux détestables « Bienvenu/Welcome », « Bonjour/Hi » et « Press Nine », un refus de reconnaître le caractère accueillant, public et international du français. 
  • À la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui refuse de reconnaître que le français est la langue commune d’usage public à Montréal et au Québec en mettant sur un pied d’égalité l’anglais et le français.​​

Volet Outaouais

  • À la quatrième ville française d’Amérique, Gatineau, qui par ses démarches judiciaires a fait invalider tout un pan de la Charte de la langue française dans le seul but d’imposer la maîtrise de l’anglais à l’embauche et contribuer ainsi à l’anglicisation des milieux de travail au Québec.

 

Prix d’excellence Lyse-Daniels 2017-2018

Impératif français est fier de célébrer le dynamisme de la francophonie d'ici et de partout dans le monde en dévoilant les noms des lauréats du prix d’excellence Lyse-Daniels 2018. Ce prix est remis à des personnes et à des organismes qui se sont distingués par leur contribution à la promotion et au rayonnement de la langue française et de la culture d’expression française. Cette année, le prix est décerné à la lauréate et aux lauréats suivants :

Volet international : Richelieu International a été fondé en 1944. À l’époque, le but était d'aider les Canadiens-français à défendre leur langue et leur culture dans le contexte majoritairement anglophone du Canada. Au fil des années, l’organisme a connu une grande popularité et plusieurs clubs ont été institués dans le monde. Aujourd’hui, Richelieu International a pour mission de faire la promotion de la francophonie à l'échelle internationale, nationale et locale. Il veut être au service de la francophonie et de la jeunesse par des actions de nature sociale, éducative et culturelle. Contact : international@richelieu.org

Volet national : À l’enseignante Mélissa Lefebvre et au cinéaste Paul Tom pour leur documentaire Bagages. Le film donne la parole aux jeunes de 12 à 17 ans, nouvellement arrivés à Montréal, dans le cadre d’ateliers d’art dramatique et documentaire. Ces jeunes immigrants, qui ont été marqués par la guerre, par un régime politique autoritaire, par une société ultraconservatrice et finalement par un déracinement, parlent de leur vécu en toute candeur. Inévitablement, le touchant documentaire fait tomber le mur entre les élèves d’accueil et les classes dites « ordinaires. » Contact : melissa.lefebvre3@csmb.qc.ca et https://www.facebook.com/Bagages.film/

Volet des régions (Outaouais) : L’auteur Michel Lavoie a communiqué sa passion de l'écriture et de la langue française tout au long de sa carrière. Il a favorisé le contact des jeunes avec la littérature et la poésie sous toutes ses formes. Professeur de français aujourd'hui à la retraite, il a publié plus d'une soixantaine d’ouvrages, principalement des romans pour la jeunesse. Il a donné des ateliers d’écriture au Québec, au Canada et en Europe. Depuis 1996, il dirige les Collections jeunesse aux Éditions Vents d'Ouest, à Gatineau. Il a reçu le prix du Conseil des arts et des lettres du Québec. Contact : michellav66@hotmail.com

Volet des régions (Rouyn-Noranda) : Depuis 15 ans, le Festival de musique émergente de Rouyn-Noranda a pour mission de favoriser la diffusion de musique originale et l'émergence de sa jeune relève en salle et en plein air. Les lieux qui sont les cafés, les restaurants, les bars, les espaces urbains, les galeries d’art, s’animent aux couleurs du festival. Cet événement donne aux artistes régionaux, canadiens et internationaux la possibilité d’offrir des prestations devant des festivaliers avides de musique alternative. Ce festival ne cesse de gagner en popularité et fait la fierté des habitants de Rouyn-Noranda. Contact : dg@fmeat.org

Volet canadien : Le Centre Culturel Frontenac est un point d’accès à la diffusion des arts et de la culture en français, inclusif, rassembleur et moteur de développement de la communauté de Kingston depuis 1980. Sa jeune et dynamique équipe met l’accent sur une expérience artistique unique entre les artistes et le public. C’est un lieu de promotion, de formation, de production et de diffusion dans le domaine artistique - un point de rassemblement pour les francophones et les francophiles. Le Centre Culturel Frontenac produit également le seul journal francophone de la ville. Contact : ccfkingston@gmail.com

 

 

(Publicité)