La « West-Islandisation » de Longueuil

2019/10/23 | Par Frédéric Lacroix

La débâcle du Parti Libéral du Québec (PLQ), en octobre 2018, est en train de nous faire oublier quelque peu la chape de plomb que ce parti a fait peser sur le Québec pendant de trop longues années. Mais ignorer l’histoire, c’est se condamner à la revivre. Rappelons-nous que le PLQ a fait main basse sur le pouvoir pendant 15 ans, grâce à une stratégie électorale reposant sur deux piliers : Maximiser les volumes d’immigration et s’assurer que les immigrants admis au Québec se « québécisent » le moins possible. Au cours du temps, cela a consolidé et augmenté le nombre de circonscriptions « sûres », où les fédéralistes sont quasi certains de remporter une éventuelle élection.

Les résultats d’octobre 2018 sont révélateurs. Alors que le PLQ a subi la pire débandade de son histoire avec le score électoral le plus faible depuis la Confédération (24,8 %), il a tout de même réussi à récolter 31 sièges. Ce n’est pas anodin. Il domine ainsi outrageusement l’île de Montréal où il a raflé 19 sièges sur 27. On notera que si sa domination se limitait autrefois au « West-Island », elle fait maintenant tache d’huile vers l’est. Le PLQ a raflé non seulement la totalité des sièges dans l’ouest (13 sur 13), mais également six sièges sur quatorze dans l’est. Vers l’est seulement ?

Non ! Vers le nord aussi.

Le Parti Québécois arrivait autrefois (il y a 15 ans à peine !) à faire élire des candidats sur l’île de Laval. C’est chose du passé. À Laval, le PLQ a remporté cinq sièges sur six en 2018. Lors des élections fédérales d’octobre 2019, son frère jumeau le PLC a raflé TOUTES les circonscriptions fédérales de l’île de Montréal et de Laval à l’exception de deux, le Bloc québécois n’ayant réussi qu’à conserver la circonscription de la Pointe-de-l’île.

Laval est entièrement tapissé de rouge. Pourquoi ? L’immigration massive a provoqué l’effondrement de la proportion de francophones langue d’usage (langue parlée le plus souvent à la maison). De 2001 à 2016, le pourcentage de francophones à Laval a chuté de 77,5 % à 65,1 %, tandis que la proportion d’anglophones augmentait de 11,5 % à 15,4 %.

En 15 ans seulement, grâce à de forts volumes d’immigration combinés à une volonté hypocrite de ne pas québéciser, le PLQ/PLC a réussi à verrouiller plusieurs circonscriptions supplémentaires dans la région de Montréal, c’est-à-dire à y rendre l’alternance politique pratiquement impossible. Aujourd’hui, les partis nationalistes sont éjectés de l’île de Laval. J’en ai parlé plus longuement ici.

Cet effondrement du poids des francophones dans la région de Montréal va se poursuivre dans l’avenir prévisible. Je ne l’invente pas. Statistique Canada nous l’a confirmé dans une publication relativement récente sur les projections démolinguistiques jusqu’en 2036.

En voici le résumé. Le français va reculer au Québec, selon tous les scénarios projetés. Le pourcentage de francophones (langue maternelle) baissera de 78,9 % en 2011 à 69 % en 2036. En parallèle, fait nouveau, le pourcentage d’anglophones augmentera de 8,2 % à 8,7 %. Le déclin du français se fera sentir sévèrement sur l’île de Montréal, mais aussi dans toute la grande région de Montréal. Malheureusement, Statistique Canada n’a pas fourni un découpage géographique plus précis dans ses projections, découpage qui aurait permis d’estimer concrètement les impacts du recul du français hors de l’île de Montréal (sûrement un simple oubli ?).

Heureusement, la thèse de doctorat de Patrick Sabourin, rédigée dans le cadre du groupe d’Alain Bélanger à l’INRS, offre un découpage spatial plus adéquat pour ceux qui cherchent à extraire la signification politique des projections démolinguistiques. Cette thèse utilise une méthode analogue à celle de Statistique Canada et effectue des projections jusqu’à l’horizon 2056.

Donc, vers le nord seulement ?

Non ! Vers le sud également !

Prenons, par exemple, la division de recensement de Longueuil, l’exemple typique d’une banlieue « francophone ». Que s’y passera-t-il si la tendance se maintient ? Mais oui. La même chose qui s’est passée à Laval, qui était encore, il n’y a pas si longtemps, une banlieue « francophone » typique.

Dans la division de recensement de Longueuil, les projections démolinguistiques de l’INRS indiquent que le pourcentage de francophones, langue maternelle, passera de 76,5 % en 2006 à 55,7 % en 2056, soit une perte de 20,8 points en 50 ans. Le pourcentage d’anglophones restera quant à lui quasi stable (8,7 % à 8,4 %). Pour la langue d’usage, le pourcentage de francophones passera de 79,6 % à 68,2 %. Fait important à noter, le pourcentage d’anglophones, langue d’usage augmentera de 10,8 % à 11,9 %.

L’essentiel de cette augmentation du pourcentage d’anglophones, langue d’usage, sera dû aux transferts linguistiques vers l’anglais effectués au Québec même. Il faut savoir qu’en 2011, par exemple, le taux de transfert vers le français des allophones était de seulement 54 %, le reste, soit 46 %, allant vers l’anglais. Ceci alors que les anglophones ne représentent globalement qu’une petite minorité au Québec.

Mais les anglophones recueillent une quantité absolument disproportionnée des transferts linguistiques effectués au Québec. Il faudrait qu’environ 90 % des transferts aillent vers le français pour que nous soyons assurés que le solde des transferts linguistiques ne favorise pas indûment l’anglais. Nous sommes loin, très loin du compte.

Les conséquences de cet effondrement du poids des francophones à Longueuil seront les mêmes que celles que nous subissons actuellement à Laval. Les partis nationalistes seront expulsés de cette région. Graduellement, les partis fédéralistes vont devenir compétitifs à Longueuil. On peut prévoir qu’ils deviendront bientôt indélogeables. On notera d’ailleurs que le PLC a remporté sans trop de difficultés deux des comtés de la Rive-Sud de Montréal inclus dans la division de recensement de Longueuil lors des élections fédérales d’octobre 2019. L’avenir est déjà là…

Vers l’est, vers le nord et maintenant vers le sud. On peut s’écrier, comme dans le conte de Perrault : « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?  Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie ».

Si Anne continue de ne rien voir, il se passera ceci: Longueuil, comme Laval, va se « West-Islandiser ». Le résultat des élections fédérales d’octobre 2019 est un avertissement supplémentaire. Le Québec français doit bouger. Sinon, il sera laminé politiquement. À assez court terme.

La CAQ ne semble pourtant pas être en faveur d’un renforcement de la loi 101. Il semble que la CAQ ne voie rien venir.

 

Image tirée de https://ici.radio-canada.ca/elections-canada-2019/resultats

(Publicité)