Les smattes

2020/05/19 | Par Michel Rioux

Les temps présents nous amènent à constater qu’il y a plusieurs types de smattes, dont ceux ci.

Il y a les smattes ratoureux.

Il y a les smattes prétentieux.

Il y a les smattes vicieux.

Dans son Dictionnaire de la langue québécoise, Léandre Bergeron dit du smatte qu’il s’agit d’une personne qui se croit plus intelligente que les autres. On pourrait même ajouter : Et qui ne se prive pas de le faire savoir !

 

Le smatte ratoureux

Difficile de trouver plus ratoureux que le ci-devant PDG de Bombardier, Alain Bellemare. On apprend qu’avoir démoli la maison, fait chuter la valeur de l’action de 2,63 $ à 0,41 cents, le conseil d’administration l’a récompensé en lui versant toutes sortes de grosses prébendes et autres petits extras qui totaliseront plus de 17 millions $.

Ce conseil d’administration est présidé par Pierre Beaudoin, lui-même éjecté de son poste de PDG au profit du sauveur Bellemare. Le secrétaire de ce CA a longtemps été Daniel Johnson, celui-là même qui a dirigé en 2014 le comité de transition du Parti Libéral lors de l’élection de Philippe Couillard. On devine les échanges de bons procédés, du genre tu me grattes le dos, je te flatte la bedaine.

 

Le smatte prétentieux

Un smatte particulièrement prétentieux a récemment sévi durant une bonne dizaine de minutes à une émission dans laquelle Patrick s’appelle Pat, Rafaël s’appelle Raf, Catherine s’appelle Cat et, le pire, Pierre-Yves se nomme PI-Ouaille ! Un gérant d’estrade comme les aime le Dr Arruda !

Certainement bardé de diplômes acquis en accéléré, qui lui permettent de poser à l’infectiologue, au pneumologue, au virologue ou encore au microbiologiste, le smatte s’est cru autorisé, à la suite d’une longue diatribe pseudo-scientifique, de traiter le Dr Arruda de clown. Rien de moins.

En passant, alors que le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal pressaient Justin Trudeau de fermer les frontières et que ce dernier mettait des jours avant de le faire, permettant aux voyageurs d’entrer au Canada par terre par voie aérienne en transportant allègrement le virus dans des aéroports pas du tout surveillés, où étaient ces sommités encensées censées conseiller le premier ministre, les DRS Mona Dever et Theresa Tam ? Un smatte adepte de la secte des YAQUA ! Yaqua faire ceci ! Yaqua faire cela !

 

Le smatte vicieux

Passons maintenant aux smattes vicieux. Il fut un temps où on laissait les autres se livrer à du Québec bashing. Encore récemment, c’est dans le Toronto Star et, par la bande, dans le Washington Post que le fiel s’est répandu. Encore une fois en mélangeant de fort mauvaise foi la loi sur la laïcité, la loi 21, et le port du masque sanitaire.

Or, maintenant, c’est de la tribu même que vient le fiel.

Il y a quelques semaines, un journaliste de La Presse canadienne, voulant peut-être faire son comique, a demandé au premier ministre si le port du masque sanitaire était compatible avec la loi 21…

Un peu plus tard, c’est une chroniqueuse qui, depuis un an, répand son fiel sur la loi sur la laïcité qui s’est livrée à un amalgame injurieux sur, encore une fois, cette loi 21. Feignant de s’étonner qu’on interdise les signes religieux ostentatoires et qu’on admette le port du masque sanitaire, elle se demande : « Comment le port de signes religieux, pourtant moins laids et souvent moins ostentatoires, enverrait-il un mauvais signal, le refus d’intégration dans la communauté d’accueil, et celui du port du masque, le souci de cette même communauté ? » Nous ne sommes pas ici devant un cas de manque d’intelligence, mais plutôt d’un trop-plein de mépris.

Force est donc de constater qu’à force de se shooter au vinaigre, le risque est grand, chez certaines et certains, de finir par virer cornichon !

 

L’accent tonique

Me sachant amoureux de la langue française, un ami m’a demandé récemment si je n’avais pas honte d’entendre le premier ministre Legault la massacrer de la sorte lors de ses points avec la presse.

Vrai que François Legault n’a pas la construction de phrase facile. Vrai qu’il ne met jamais l’accent tonique au bon endroit. Vrai aussi qu’il est loin d’être un as dans l’utilisation de l’antépénultième. On peut même supposer qu’il n’en connaît pas l’existence…

Mais, lui ai-je répondu, François Legault sait connecter avec le monde et le monde le comprend. J’ai aussi ajouté : Je préfère de loin quelqu’un qui a une parlure quelque peu laborieuse, mais qui le fait avec cœur, que de beaux parleurs comme Jean Charest et Philippe Couillard, qui nous ont enfirouâpés aller-retour pendant des années.

Le Christ a dit il y a 2000 ans qu’il y aura toujours des pauvres parmi nous. Il faudra se faire à l’idée que des smattes ratoureux, des smattes prétentieux, des smattes vicieux, il y en aura aussi toujours parmi nous…

Du même auteur

Dans la même catégorie