Les esprits s’échauffent sur la Côte-Nord

Quelques jours à peine après le dépôt du rapport de la Table régionale Côte-Nord sur la main-d’œuvre dans les secteurs industriels et de la construction, plus d’une soixantaine de travailleurs de la construction et de chômeurs étaient réunis devant le bureau du député de René-Lévesque, Marjolain Dufour, à Baie-Comeau, réclamant la mise en œuvre rapide des recommandations du rapport.

D’autres ont aussi manifesté à Sept-Îles et à Havre-Saint-Pierre devant les bureaux de la Commission de la construction du Québec, responsable en grande partie, selon eux, du fait qu’autant de travailleurs venus de l’extérieur soient à pied d’œuvre sur les chantiers de la Côte-Nord, alors qu’un nombre élevé de travailleurs de la région sont sans emploi.

Ils enragent du fait que seulement 40 % de la main-d’œuvre sur le chantier du complexe hydroélectrique de La Romaine provienne de la Côte-Nord.

Les problématiques liées à la mobilité de la main-d’œuvre ont été maintes fois dénoncées par les travailleurs de la construction et les organisations syndicales, qui réclament un cadre gouvernemental imposant des quotas de 60 % à 70 % de travailleurs de la région sur les chantiers.

Steve Lelièvre est opérateur de machinerie lourde et actuellement sans emploi. Avec la reprise des travaux dans les prochaines semaines, il est évident, selon lui, que des perturbations sur les chantiers et des conflits sont à prévoir si des mesures ne sont pas prises très rapidement.

Joint par l’aut’journal, il explique que beaucoup de travailleurs, sans emploi depuis des mois, sont également sans prestations d’assurance-emploi depuis plusieurs semaines. Un cocktail explosif, selon lui, qui pourrait bien dégénérer, si la situation ne s’améliore pas avec l’« ouverture des nouvelles jobs en haut ».

« Ça pourrait commencer à être dangereux. Il y a du monde qui n’ont plus de chômage depuis un moment et qui ont faim. »

Le « fly in-fly out » constitue un irritant majeur pour les travailleurs de la Côte-Nord qui voient débarquer continuellement des travailleurs de l’extérieur. Une pratique qui met à mal l’économie de la région et qui affecte les communautés, d’indiquer le député de René-Lévesque.