Langue

Entre 1990 et 2001, le pourcentage d’enfants inscrits à l’école publique anglaise grâce au séjour temporaire de leurs parents était de 4,8 %. Il a plus que doublé à 11,4...

La cause première de l’anglicisation de Montréal est l’hypertrophie des institutions anglophones

Le gouvernement et l’OQLF s’engagent à maintenir le cap!

Par FTQ

Une exposition qui retrace les 50 ans d’actions de la FTQ en matière de francisation

Un portrait de la répartition des francophones ontariens selon les régions