Langue

Pour « mépris de la démocratie et irresponsabilité envers la langue française »

Montréal n’est pas une ville bilingue. Montréal n’est pas Moncton. Montréal est Montréal.

Un certain jovialisme de façade déboulonné

Quand les élites canadiennes-françaises jettent l’éponge et font reculer le dossier linguistique…

Les mêmes arguments que lors du débat sur la loi 101 originale

Des données indépendantes plus fiables que celles de Statistique Canada