Langue

Dans le cadre de la campagne de financement de la Fondation pour la langue française

Quand la cohésion juridique passe avant la volonté du peuple

Le français n’est plus la deuxième langue parlée à Winnipeg : elle est passée à la troisième place

Par FLF

La Fondation pour la langue française est coprésidée par Mme Pauline Marois, Me Maxime Laporte et par M. John Parisella.

Publication d’une étude très attendue du Conseil supérieur de la langue française