Appel aux armes lumineuses (2)

2009/10/02 | Par Guy Marchamps

L'auteur répond à l'Appel aux armes lumineuses pour conjurer la crise de Jean-Claude Germain

 

Qui dit crise dit cris
pus d’foin pus d’ fun
pus d’oseille
pour payer l’ téléphone
récession sur tous les tons
le couple se crêpe le chignon
quand y’a pas d’pognon
y’a dégradation brutale
tout le monde perd les pédales
y a chute des valeurs boursières
dans la chambre à coucher
c’est au bord de la faillite
que se r’trouve le coït
c’est là que sortent les bibittes

 

Qui dit crise dit krach
Dit crache le cash
Vend du pot  pis du hash
Vend aussi du crac
Ça fesse dans l’dash
Ça se tape s’a gueule
Ça s’râpe la meule
Les voleurs de char
Font pas dans l’allégorique
Deux temps trois clics
Y’en reste pus pour les flics
Les temps sont durs
Les gouvernements sont mous
Y mettent le peuple dans l’trou

 

Qui dit crise dégrise
Et se r’trouve sans rien
Comme un bohémien
Sur le bord de la route
À manger des croûtes
Qu’on jette aux pigeons
Mais le chien ronge son os
Et le bohémien roule carosse
En  r’gardant les étoiles
Son repas est frugal
Sa guitare trompe la faim
En attendant des demains
Qui tremperont l’idéal
Dans un futur à mains

 

Qui dit crise dit Christ !
Pis tabarnak, pis câlice
Pis chus tanné des hosties d’riches
Qui rient dans leurs barbiches
S’épouillant entre eux
Dépouillant à qui mieux-mieux
Les faiseurs de croix
Qui justement se croient
En démocratie patentée
Parce qu’ils vont voter
Mais ne s’est pas détruite en un jour
La grande Rome impériale
Assis-toi, the show must go on
Pis on va avoir du fun


Guy Marchamps

Guy Marchamps est né il y a maintenant plusieurs années.
Il écrit de la poésie depuis plus de trente ans.
Il a publié une quinzaine de livres dont L’Innommé (Art Le Sabord).
Dernière parution (septembre 2009):
Rêver à l’envers, c’est encore rêver, de la poésie
pour les enfants chez Soulières éditeur.




(Publicité)