3 proches aidants sur 4 en difficulté psychologique

2007/10/16 | Par L’aut’journal 

S'appuyant sur les résultats d'une vaste enquête réalisée auprès des membres de l'Association des retraitées et retraités de l'enseignement du Québec (A.R.E.Q.-CSQ), qui mettent en lumière l'ampleur de la contribution des personnes proches aidantes de même que les difficultés qu'elles rencontrent, le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), M. Rejean Parent et la présidente de l'A.R.E.Q.-CSQ, Mme Mariette Gélinas, réclament une politique d'assistance aux personnes proches aidantes.

La politique devrait notamment contenir une offre accrue de services de soutien psychologique et de répit à l'intention des personnes proches
aidantes, le déploiement d'intervenants pivots, davantage de services à domicile de même qu'une bonification des mesures financières disponibles.

Une telle demande sera formulée officiellement dans le cadre de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés, dont les
audiences publiques nationales auront lieu à Québec, le 19 octobre 2007.

« Les personnes proches aidantes prennent le relais du déficit de services publics de soins et de services à domicile. Elles sont pratiquement devenues de nouvelles entités du réseau de la santé et des services sociaux.

On leur confie des responsabilités de plus en plus lourdes. L'État détient une responsabilité morale envers ces personnes. Celles-ci doivent poursuivre leur engagement de façon volontaire et éclairée, avec le soutien des services publics, et non pas se transformer en professionnels de la santé », a lancé le président de la CSQ, M. Réjean Parent.

15 000 personnes proches aidantes à l'A.R.E.Q.-CSQ

Pour appuyer cette revendication, l'A.R.E.Q.-CSQ a dévoilé les résultats d'une enquête révélant, entre autres, que ses membres sont très nombreux à exercer un rôle de personne proche aidante, dont voici les principales conclusions :

- près de 30 % des répondants, ce qui pourrait représenter plus de 15 000 membres de l'Association, exercent un rôle de personne proche aidante, soit une proportion nettement supérieure à la moyenne québécoise, qui oscille entre 6 et 15 % selon les études ;

- le quart des personnes proches aidantes de l'A.R.E.Q.-CSQ consacrent plus de dix heures par semaine à leur engagement ;

- près du tiers des personnes assistent plus d'une personne et une même proportion d'entre elles exercent leur engagement depuis plus de 10 ans.

- 90 % des personnes proches aidantes vivent des difficultés

Par ailleurs, au-delà de l'engagement exceptionnel et soutenu de ses membres, cette enquête révèle certaines caractéristiques et problématiques qui méritent qu'on s'y attarde, ainsi :

- les types de soutien apportés par les personnes proches aidantes sont, par ordre d'importance, le soutien psychologique, le soutien administratif (démarches auprès d'organismes, achats et transactions, etc.), les soins personnels, les tâches domestiques et les soins infirmiers ;

- environ 90 % des personnes rencontrent un degré de difficulté moyen ou élevé dans leur relation d'aide, que ce soit au chapitre du stress, du manque de temps, des efforts physiques à déployer, de l'attitude des personnes aidées, des dépenses encourues, etc. ;

- trois personnes sur quatre disent éprouver des difficultés d'ordre psychologique ;

- une personne sur cinq débourse plus de 100 $ par mois pour ses activités d'aide et une sur dix plus de 200 $ par mois.

Pour la présidente de l'A.R.E.Q.-CSQ, les résultats de l'enquête démontrent hors de tout doute que les personnes retraitées ne sont pas que des bénéficiaires de soins, bien au contraire elles sont des milliers à être très impliquées comme personnes proches aidantes.

Cependant, les difficultés qu'elles rencontrent et notamment la charge émotive et le stress qui leur incombent sont rarement pris en compte par les autorités gouvernementales.

« L'importante croissante que revêt ce phénomène commande une reconnaissance véritable de la problématique et l'ajout de ressources tant humaines que financières pour soulager des milliers de personnes à qui on en demande beaucoup. Le gouvernement ne peut se contenter de mesures compensatoires comme des crédits d'impôt. Il doit adopter une véritable politique d'assistance couvrant les différents aspects de la relation d'aide », conclut Mariette Gélinas.

Méthodologie de l'enquête

L'enquête de l'A.R.E.Q.-CSQ a été réalisée en mai et juin 2007 auprès de 1 215 membres par voie d'échantillonnage stratifié (représentatif de
l'ensemble des membres : genre, âge et région de résidence).

(Publicité)